Quand la police protège les délinquants

Cet article a été publié précédemment sur un libéblog tenu par Jeudi Noir.

Photo 25, rue de l'EchiquierLe 25, rue de l’échiquier, dans le 10ème arrondissement, est un immeuble de logement social. Ou plutôt, il aurait dû être un immeuble de logement social. Squatté entre 2004 et 2007, il appartient maintenant à ICF La Sablière, une SA HLM créée à l’origine pour loger les cheminots. Les anciens squatters avaient quitté ce bâtiment de plusieurs milliers de m2 lorsque la société avait déposé un permis de construire, le 16 novembre 2007, pour en faire plus d’une soixantaine de logements. Malgré les 2 millions d’euros investis par la mairie de Paris, aucun travaux n’a encore commencé.

Puisque cet immeuble est resté vide, une quinzaine de ménages sans abris ont investi les lieux voilà plus de trois mois. L’occupation n’ayant pas été dénoncée dans les 48 heures, la loi reconnaît donc cet immeuble comme leur domicile, et ils ne peuvent en être expulsés sans décision de justice.

Tout cela est bien connu de tous, propriétaires, mairie, policiers.

Pourtant, jeudi 28 janvier, des vigiles se disant mandatés par ICF ont pénétré de force dans les logements, accompagnés de chiens, pour expulser tout le monde. Les habitants ayant eu le dessus dans la bagarre qui a suivi, la société de gardiennage a alors changé de tactique. Laissant une petite troupe dans le couloir, les vigiles se sont contentés de bloquer le passage.

Depuis jeudi, en toute illégalité, plus personne ne peut rentrer dans cet immeuble sans leur accord. Les occupants sont divisés en deux groupes: l’un est de fait séquestré à l’intérieur du bâtiment, tandis que l’autre dort sur le trottoir, au pied de l’immeuble. L’eau, la nourriture, les médicaments (l’une des personnes à l’intérieur est cardiaque) sont passés dans un sac suspendu au bout d’une corde par la fenêtre du premier étage. Alerté, le DAL, l’Intersquat et Jeudi Noir se sont rendu sur place mardi, avant d’être stoppés par le commissaire de l’arrondissement. D’après lui, un arrêté de péril devrait être pris, mais il n’a aucun papier à présenter. Et quand on demande à entrer, il prononce un nouveau refus, poli mais illégal.

On se prend à rêver de sanctions contre ces gens, pas tellement les vigiles eux-mêmes qui gagnent leurs vies, mais contre le propriétaire qui commandite ces actions, contre les policiers qui bafouent la loi et souillent leurs uniformes.. La réalité, c’est qu’aucune sanction ne sera prise. Parfois, on parvient à faire reculer le propriétaire. L’année dernière, il a fallu une caméra, deux avocats et trois élus pour que la police, à quatre heures du matin, laisse les occupants réintégrer leur domicile de la rue de Candie. Aucun article dans la presse, aucune sanction.

La loi protège la propriété, et c’est normal. Mais la loi protège aussi les êtres humains. Comment peut-on arguer que certes, il y a le droit au logement mais qu’on ne peut pas se faire justice soi-même en squattant, quand des sociétés HLM, des mairies, la police elle-même ne respectent pas les lois et utilisent la force plutôt que la justice?

Ce qui fonde la société, c’est le droit. Qu’un individu viole la loi, et il est sanctionné. Quand la société viole ses lois, elle se détruit de l’intérieur, et rend illégitime toute autorité.

PS : Dans la journée du 3 février, la préfecture de police a procédé à « l’évacuation » du bâtiment sans la présence d’un huissier. Les 18 habitants dorment depuis sur le trottoir au pied de l’immeuble.

Une réflexion au sujet de « Quand la police protège les délinquants »

Les commentaires sont fermés.